03 juin 2007

9 MAI_Je me pose

legianEtrange, en émergeant je ne sais plus quel jour nous sommes ! J’ai l’impression d’être en plein mois de juillet, je n’ai pas l’habitude de partir beaucoup, encore moins hors saison ! Je sens que je vais m'y mettre plus souvent :) Journée de transition. Réveil de bonne heure pour arpenter les rues de Kuta Legian mais des averses torrentielles, bis repetita, me bloquent. Je me rendors un peu pour mieux en profiter sous un soleil finalement radieux mais brûlant. J’essaie de trouver quelque chose qui ressemble à des biscuits pour combler un creux mais les échoppes ou mini supermarkets (qui ressemblent à des boutiques de stations service françaises pour le contexte)  proposent surtout le tiercé chips, cacahouètes et gâteaux fourrés au chocolat ou parfums chimiques. Avec la chaleur j'ai du mal... La promenade le long de la plage est animée, jeux d’ombres et de lumières contrastées sous les arbres, location de surfs tous les 10 mètres et bonnes vagues vivifiantes (nous sommes tout de même sur un des spots privilégiés de l’île !) avec un bon courant, prudence donc. Les couleurs sont celles des cartes postales, clichés certes mais quels clichés !

14 heures, départ avec le "chauffeur-guide" de la veille vers Padangbay d’où partent les ferries via Lombok. Je me suis mis dans la tête d’y aller en bateau, un peu idiot quand on peut y aller en avion mais bon. J’ai le temps a priori. Plus nous avançons vers l’est, plus le temps se couvre. Le guide me dit qu’il a un " super plan with a good price " en guise de logement. Je le laisse dire, pas très convaincue. Le plan en question s’avère être assez glauque, sombre en tout cas. Bref. Nous arrivons sous la pluie, la mer est agitée et un touriste me dit que cela fait deux jours qu’il laisse tomber la traversée à cause de la météo. Hum. Je fais un tour et je change mes plans, on repars dans l’autre sens je verrai plus tard pour Lombok. Là, j’ai surtout envie de calme et de soleil 48 heures. Le guide n’est pas ravi d’autant qu’ici faire une heure de route, c’est " long et loin ". Une vraie expédition pour certains Balinais :) En plus il commence à être un peu familier et collant, pas le genre d’ici.

**Et pour l’anecdote, pendant le trajet, je tombe par hasard en feuilletant le guide sur un encadré concernant les "Kuta cow-boys" (que je n’avais pas lu of course) autrement dit des gigolos qui commencent par se faire passer pour des guides en espérant profiter d’une Européenne de passage (je croiserai plus tard une ou deux "vieilles" Occidentales caramélisées et bijoutées à outrance qui semblent s’en accommoder). Caractéristiques : cheveux longs, tatouages (en l'occurrence je n'en vois pas) et musculature avantageuse. Individus à fuir en substance. Et j’en ai donc un en face ou plutôt à côté de moi et comprends avec mes 24 heures de recul les sourires dubitatifs de certains Balinais sur notre passage. Ah, la la. Au secours! Ce sera donc le dernier trajet avec lui, ce qui ne me manquera pas. Tout est bien qui… finit surtout ;)

Cap sur Jimbaran d’où je bougerai. On arrive en fin de journée, juste à temps pour le coucher du soleil réputé pour être un des plus beaux de Bali. Réputé ou pas, le spectacle est magnifique. Je clich_me trouve une chambre rapidos car la nuit tombe, dans un homestay bien situé, pars me balader dans la rue qui longe la plage, achète un stock de bouteilles d’eau – ici c’est Nestlé – du riz et des fruits dans un warung tenu par un couple de vieux Balinais dont je n’ose même pas imaginer l’âge. Ils ne parlent pas anglais, le moyen de communication dans ces cas là reste les mains et… la calculatrice! Tout le monde en a une. Impossibles à éviter, je passe le long des restos de fruits de mer, dont on dit qu’il déplacent des cars de Japonais – notamment - ce que je constaterai effectivement plus tard… En attendant, chacun propose "to do the best price, just for you", un petit discours spécial touristes identique d’un lieu à l’autre qui permet même d'avoir 30% de réduc. Comique. La fatigue commence à me gagner et je me rends compte que je me suis pas mal éloignée de mon point de chute. Je repars dans l'autre sens, allume la clim en arrivant dans ma chambe où la chaleur est tropicale et m'endors après avoir perdu de vue deux geckos qui semblent avoir élu domicile dans la pièce...

Posté par bali2007 à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur 9 MAI_Je me pose

Nouveau commentaire